Côte d’Ivoire : Renforcement des capacités de gouvernance associative de 200 jeunes issus de 96 associations

0

Un atelier de renforcement des capacités des Jeunes sur la gouvernance associative s’est tenu ce jour à Abidjan, dans le cadre de la Semaine Nationale de la Jeunesse initiée par le ministère de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes autour du thème, « L’engagement des jeunes pour une action mondiale »

Cet atelier a enregistré, la participation de 200 jeunes issus de 96 associations de jeunesses et la formation a porté sur 4 modules. Il s’agit des principes et valeurs du civisme dans la gestion associative, du genre et les violences basées sur le genre en milieu associatif, de la prévention et le règlement des conflits à travers le mouvement associatif, enfin des outils collaboratifs et de télétravail informatiques.

Constant Koffi, Directeur de la Vie Associative et du Renforcement des Capacités des Jeunes a à l’ouverture, situé le contexte dans lequel se tient cet atelier en présentant les modules qui composent cette formation destinée à la jeunesse.

Bema Coulibaly, Directeur du Volontariat, du Bénévolat et des programmes Communautaires au Secrétariat d’Etat Chargé du Service Civique exposant sur le premier module a affirmé que dans le contexte actuel où le pays est marqué par des actes d’incivisme de toutes natures, dans tous les domaines, la promotion du civisme est porteuse de tous les espoirs pour la construction de la Démocratie, de l’Etat de droit et de la bonne Gouvernance.

Développant le second module, Magnatié de Serifou, Responsable de la Cellule Genre du ministère de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes a soutenu que la question du genre est souvent objet de controverses dans les sujets abordés par les jeunes.

«Pour certains ce concept renvoie au sexe alors que d’autres pensent qu’il renvoie à une certaine hégémonie de l’homme sur la femme. La notion de genre doit être perçue comme une grille de lecture de la société, une analyse des rapports sociaux entre les hommes et les femmes, »a-t-elle expliqué.

Selon elle, ce concept prend progressivement sa place dans les us simplement parce que la femme est cette frange de la population qui a toujours joué les seconds rôles dans tous les compartiments de la société.

«C’est pour réparer cette injustice sociale que cette thématique de genre revient pour permettre à la femme de prendre conscience de ses atouts et de les mettre au service de la communauté, » a déclaré Magnatié de Serifou.

Les deux derniers modules, «La prévention et le règlement des conflits » et « Les outils collaboratifs et de télétravail informatiques » ont été traité par N’Dehi Magloire, Chargé de Programmes à la Fondation Friedrich Naumann, correspondant du Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse et membre du Centre Education pour une Société Durable (ESD).

Le formateur a entretenu les participants sur la gouvernance qui est un ensemble de mesures et d’actions efficientes qui permet de gérer de façon participative et inclusive une Association. Il a mentionné qu’avec le développement technologique et informatique, les associations disposent aujourd’hui de divers outils collaboratifs et de télétravail.

Par ailleurs, la clôture de cet atelier de formation a été marquée par la présence de Diomandé Lassiné, Directeur de Cabinet Adjoint et de Constant Koffi, Directeur de la Vie Associative et du Renforcement des Capacités des Jeunes.

Laisser un commentaire