Côte d’Ivoire : Incivisme, un individu saisi un élément de la police aux collets au feu de la mairie d’Abobo

0
[:fr]mairie d'Abobo[:]

Une scène d’incivisme s’est produite dans la nuit d’hier dans la commune d’Abobo au feu situé en face de la mairie, comme constaté sur place par témoins.

Un agent de la police en service à cet endroit a été pris par les collets par un individu, parce que le policier a bloqué la moto qui le conduisait.

La scène s’est produite aux environs de 19 heures 20, selon les témoins qui ont porté l’information à KOACI.

En effet, selon les explications de ces derniers, l’individu qui s’est violemment attaqué à l’agent en service et en uniforme était assis derrière l’engin.

Au niveau de l’entrée de la mairie, ils ont été sifflés par les deux éléments qui étaient postés non loin du feu, parce qu’ils n’avaient pas porté de casque à moto.

Les deux hommes sur la moto ont refusé d’obtempérer et l’individu assis derrière a au passage lancé en direction du policier qui était accompagné de sa collègue «Ba biè».

Malheureusement, croyant pouvoir s’échapper, il se fera rattraper. Le feu qui étaient au vert quelques secondes plus tôt est passé au rouge et il a été rattrapé par le policier qui une fois arrivé son niveau a enlevé la clé de contact de la moto.

Cela n’a pas plus à l’individu qui a été remorqué et il a saisi automatiquement les colles de l’agent, malgré l’uniforme qu’il portait en l’obligeant à lui remettre les clés.

Bien que malmené, le policier n’a pas remis les clés et il a même décidé de confisquer la moto. Finalement dans la confusion, l’engin a été déplacé au moment où, l’agent lançait des coups de fils pour certainement informer sa hiérarchie.
Il s’est retrouvé seul par la suite, sans l’engin ainsi que l’individu qui l’a saisi par les colles.

Par ailleurs, il faut noter que ces actes d’incivisme sont récurrents dans la capitale économique ivoirienne. Des policiers sont parfois rudoyés dans l’exercice de leur fonction par des individus qui se croient tout permis et disparaissent par la suite.

Laisser un commentaire