Côte d’Ivoire : Ecobank, menace de grève des employés à compter du 23 septembre, préavis déposé le mardi

0
[:fr]Paul Harry Aithnard[:]

Le syndicat des travailleurs de Ecobank (SYNTECO) observera un arrêt de travail à partir du 23 septembre prochain.

Selon des informations en notre possession il aurait déposé un préavis de grève aujourd’hui, pour protester contre les modifications de contrat de ses adhérents.

«Depuis vendredi dernier, les courriers de modifications du contrat de travail, assortis d’un délai de réponse ressemblant plus à une injonction de signer, ont été adressés aux employés. Face à l’intransigeance quasi obsessionnelle de M AITHNARD, les employés ont décidé de se faire entendre autrement. Réunis au sein de leur syndicat, le SYNTECO (le Syndicat de Travailleurs de Ecobank) ils ont déposé un préavis de grève ce mardi 15 septembre 2020. La grève sera effective à partir du 23 septembre si aucune solution n’est trouvée avant cette date » a précisé, notre source.

Pour rappel, début juin 2020, Paul Harry Aithnard, Directeur général de Ecobank Côte d’Ivoire, décidait de l’application d’un plan de réduction de charge qui devrait essentiellement être supporté par les employés.

Selon lui ce plan permettrait d’améliorer le coefficient d’exploitation de la banque. Ces sacrifices allaient de la réduction de moitié de certaines primes et avantages à la suppression d’un mois de salaire.

Evidemment ces sacrifices demandés aux employés étaient pour ces derniers inacceptables dans la mesure ou la sante financière de l’Institution n’était nullement remise en cause. Mieux, la banque, par l’entremise de son DG, avait fièrement annoncé un résultat exceptionnel de 25 milliards pour le précédent exercice.
Les employés, par le biais du collectif des Délégués ont alors saisi l’inspection du travail pour faire entendre raison au DG. Selon les informations en notre possession, l’inspection du travail aurait clairement fait comprendre que les éléments visés par le plan du DG constituaient des avantages acquis qui ne sauraient être modifiés sans l’accord express des employés.

L’Inspection aurait fortement recommande à la Direction Générale une solution concertée. Faisant suite à ces recommandations, un comité de réflexion paritaire Direction Générale et Délégués du personnel a été mis en place pour trouver ladite solution.

Malheureusement les séances de travail de ce comité ont été simplement réduites à une tentative de faire accepter aux Délégués les biens fondés des mesures. Les travaux du comite ont donc pris fin sur un constat d’échec.
Mi-août dernier, M Aithnard a alors informé l’ensemble du personnel l’imminence de la mise en application de son plan d’austérité. En réponse à cette annonce, le Collectif des délégués a saisi le Syndicat National des Banques de Cote D’ivoire (SYNABEFA-CI), aux fins d’une ultime négociation.
Ce dernier est quasiment allé dans le même sens que l’Inspection du travail en revenant sur le caractère acquis des éléments visés et l’impossibilité pour l’employeur de les modifier sans l’accord préalable des employés.

La Direction générale a été invitée à privilégier la négociation. Fin août, elle a enfin demandé aux délégués de faire des contrepropositions. Ces derniers ont effectivement fait leurs propositions au cours de la première semaine du mois encours.

Malheureusement elles ont été balayées du revers de la main par AITHNARD qui n’en démord pas de réduire les salaires des employés. Une fois de plus, le constat d’échec était patent. Faisant fi des recommandations de la l’Inspection du travail et du SYNABEFA CI, le DG a décidé d’opérer un passage en force.

C’est pourquoi, depuis ce mardi 15 septembre, le Syndicat a déposé son préavis de grève pour observer un arrêt de travail à compter du 23 septembre.

Laisser un commentaire