Côte d’Ivoire : Des organisations de la société civile à Gbagbo, Ouattara et Bédié : « Ça fait trente ans que vous vous tapez dessus, mettez vous ensemble »

0

Professeur Moctar Haidara, Médiateur de la Société civile, PCA d’une ONG estime qu’il y a trop de malentendus et d’incompréhension parmi les acteurs politiques du pays. Selon lui, cette situation nécessite un engagement de tous , à trouver des solutions et des voies et moyens pour éviter une crise plus aigüe aux conséquences incalculables.

Il a partagé son point de vue avec la presse ce jour, à l’occasion d’une entre la presse et Initiative de la société civile pour la réconciliation (ISCIR), présidée par Seydou Yéo et la Coalition des organisations de la société civile pour l’unité (COSCU) qui a pour président, Armand Kripkeu.

Le Professeur a donc lancé, un appel pressant à l’ensemble des ivoiriens de privilégier la voie du dialogue et de la non-violence, gage de paix et de cohésion sociale.

«Nous en appelons à toutes les bonnes volontés à se joindre à nous pour constituer un Groupe national de travail pour la paix et la cohésion sociale (GNT) en vue d’amener les différentes parties, pouvoir et opposition à un consensus fraternel », a précisé, Moctar Haidara.

Il souhaite que GNT soit composé des Rois et chefs traditionnels, des guides religieux, de la société civile, des ambassadeurs de bonne volonté, de Alpha Blondy, de Assalfo, de Didier Drogba, de Murielle Ahoré, de Pat Sako et de toutes les bonnes volontés oeuvrant pour la paix.

Selon le Professeur, le GNT pour la paix et la cohésion sociale sera en mission pour amener les parties prenantes à la concertation et au dialogue constructif en vue de garantir des élections apaisées et la concorde nationale, aboutissant à un engagement de chaque ivoirien pour la paix pour cent ans dans le pays.

Il a mentionné que le GNT conduira la mission auprès des hautes personnalités telles que le Président de la République, le gouvernement et les institutions de la République, les organisations intervenant dans les élections, les candidats aux élections et les partis et groupements politiques.

Le Médiateur a à l’occasion de cette rencontre remercié, le Président de la République pour la main tendue à l’opposition et à son frère le Président Henri Konan Bédié qu’il est disposé à rencontrer.

«Nous remercions le gouvernement pour l’intégration d’une cinquième personnalité à la CEI au titre de l’opposition, l’octroi d’un poste de vice-président au PDCI, la recomposition des CEI locales, » a-t-il conclu.

Au nom de ISCIR, Seydou Yéo, a déclaré que les deux camps, opposition et pouvoir ont chacun raison dans une certaine mesure.

Pour lui, les ivoiriens doivent aller au-delà des discours et des intentions affichées, s’asseoir autour d’une même table pour régler une bonne fois pour toute les problèmes du pays qui n’ont que trop perduré et causé des morts et des dégâts matériels.

«Si cela est fait avant les élections, Dieu merci. Mais si nous allons aux élections dans cette ambiance, il faudra toujours qu’on se mette ensemble dans l’amour et la fraternité », a-t-il indiqué.

Seydou Yéo a déploré le fait que le pays se résume à des anciens amis, Gbagbo, Ouattara et Bédié alors que le peuple est là.

« Ça fait trente ans que vous vous tapez dessus, mettez vous ensemble », a plaidé, le Président de ISCIR.

Armand Kripkeu, Président de la Coalition des organisations de la société civile pour l’unité (COSCU) a demandé, la libération de tous les détenus de cette crise dont les plus connus sont Anne-Marie Bonifon du GPS, Pulchérie Gbalet de ACI et Ange Dogo Gnato, Secrétaire de la COSCU.

Il a enfin lancé un appel solennel au chef de l’Etat à prendre toutes les initiatives dans le sens d’instaurer un climat de paix dans le pays.

Laisser un commentaire