27 C
Abidjan
vendredi, octobre 22, 2021
spot_img

Côte d’Ivoire : A quelques jours du 27ème Congrès de l’UPU, les postiers expriment des inquiétudes face aux paiements de leurs salaires, le ministre Adom rassure

À quelques jours du démarrage du 27ème Congrès de l’Union postale universelle (UPU), prévu le 9 août 2021, les postiers ivoiriens ont à l’occasion d’une rencontre avec Roger-Felix Adom, ministre de l’Economie numérique, des télécommunications et de l’innovation exprimé les difficultés rencontrées malgré l’adoption d’un nouveau Code postal sensé les sortir de la précarité.

La principale difficulté des travailleurs est le non paiement des salaires et cette situation serait née parce que les financements attendus n’arrivent pas. Arsène Ahoké a au nom des Syndicats de la Poste, porté cette information au ministre et a fait d’autres précisions en espérant d’être reçu en audience par la tutelle.

«Chaque travailleur de la Poste de Côte d’Ivoire gère secrètement une pathologie à cause des incertitudes du lendemain qui impactent journellement nos organes, notre être. Vous avez eu le sentiment que, ces difficultés sont une affaire générationnelle, tellement les difficultés de la Poste de Côte d’Ivoire datent de longtemps », a déclaré, le syndicaliste.

En attendant que le ministre invite les syndicats, le porte-parole des travailleurs a affirmé que leur situation de précarité ne date pas d’aujourd’hui.

«2013, adoption du nouveau Code Postal mais beaucoup de choses se sont passées. Des sorties de l’effectif des travailleurs, il y en a eu deux vagues, juste pour permettre à la Poste de pouvoir se relever et continuer sa marche. Malheureusement vous le savez mieux que nous, puisque dans une autre vie, vous nous enseigniez le meilleur Business plan qui puisse être élaboré s’il n’est pas accompagné, appuyé, il reste naturellement dans les tiroirs. Oui le financement attendu n’est pas venu et il a été la plus grosse difficulté. Le personnel a déjà payé un grand prix. Pourtant c’est une entreprise d’Etat. L’Etat est l’actionnaire unique de la Poste. Pourquoi donc adopter un plan de redressement sans soutenir ce plan, sans l’accompagner. L’ACCM qui doit en fait relancer la mise en œuvre du SPU a été signé en juin 2020. Adoption du Code en 2013, signature du CCM en 2020. Que d’années, que de temps perdu pour des incompréhensions au niveau du décret et des arrêtés qui doivent l’accompagner », a expliqué, Arsène Ahoké.

Malgré la situation de précarité des travailleurs de la Poste, il a néanmoins salué, le ministre Mamadou Sanogo qui a selon lui, cerné la difficulté de la Poste et qui a aidé à faire ce pas.

Le syndicaliste a déploré le fait que des partenaires au développement qui viennent aider à construire le pays, s’insurgent contre un décret pris par la plus haute autorité de ce pays.

«Nous vous savons à l’ouvrage, les échos des actions que vous menées, nous parviennent et nous savons que le témoin que votre prédécesseur vous a laissé, vous l’avez vraiment pris et vous aideriez cette institution à se relever », a mentionné, M. Ahoké.

Selon lui, à quelques jours du 27ème Congrès de l’UPU les postiers de Côte d’Ivoire éprouvent des difficultés et souffrent.

«Quand un tel événement à un tel niveau s’organise et que l’institution qui incarne cet événement est mis à l’oubliette, monsieur le ministre ça donne à réfléchir. Puissiez-vous aider à corriger un temps soit peu certains écarts qui a ont lieu, pour donner à la Poste sa place. Un événement se prépare avec faste avec budget à l’appui mais le personnel est dans la précarité. Pourtant ce personnel devrait être au premier rang de ce événement mondial. Nous avons des arriérés de salaire, oui arriérés de salaires », a-t-il révélé.

Arsène Ahoké a plaidé pour qu’un appui exceptionnel de 2 voire 3 mois soit donné à la Poste pour soulager la souffrance des travailleurs.

«Aidez nous à être de la fête, aidez nous à être à la fête, parce que c’est notre fête. C’est notre institution qui est mise au premier plan, nous refusons d’être mis hors de cette fête. Si on donne un peu de moyens à la Poste elle est capable de beaucoup de choses », a-t-il mentionné.

Le syndicaliste a rappelé que l’année dernière la Poste de Côte d’Ivoire a obtenu 1,5 milliard de FCFA de l’ARTCI sur les 3 milliards de FCFA demandés.

Les menaces voilées des travailleurs de la Poste ont été prises au sérieux par le ministre Roger-Felix Adom qui les a rassuré qu’ils auront les moyens avant le démarrage du 27ème Congrès de l’UPU.

«Je pense chaque jour à votre devenir et on espère que nous allons trouver des solutions conjoncturelles dans un premier temps et structurelles et durables dans les mois à venir. La Côte d’Ivoire est un grand pays, c’est de notre ambition de faire en sorte que la Poste soit de nouveau une entreprise qui prospère qui compte et qui rapporte. Soyons ouverts, croyons l’avenir, je suis persuadé que dans les mois à venir nous allons trouver des solutions plus durables plus pérennes », a assuré, le ministre.

«Il n’y a pas d’entreprise qui vaut sans les salariés. Croyez moi je vous ai compris nous ferons en sorte d’apporter des solutions durables et de faire en sorte que votre quotidien soit agréable et vos fins de mois soient souriantes », a-t-il insisté.

Roger-Felix Adom a annoncé que le ministère du Budget et du portefeuille de l’état et la Primature sont conscients des difficultés des travailleurs.

«Ce ne sont pas des paroles en l’air croyez moi. Très rapidement nous remettrons la Poste de Côte d’Ivoire sur les rails du développement. Nous ferons en sorte que le Congrès de l’UPU du 9 au 27 août soit aussi votre fête. Nous allons faire en sorte que vos préalables soient traités. Nous allons faire en sorte que vous ayez trois fêtes, la fête avant le 7 août, la fête du 7 août, la fête après le 9 août. Nous allons nous battre pour cela. C’est une promesse, on ne peut pas démarrer le Congrès de l’UPU sans que nos postiers soient en fête. Parce que l’UPU c’est avant tout votre fête, votre organisation », a promis le ministre.

La Poste est objet de critiques de la part des usagers, M. Adom a en retour exhorté les travailleurs à faire en sorte que toutes les récriminations qui sont faites à leur encontre ne soient plus une réalité.

«Il faut que vous communiquez mieux, les gens ne vous connaissent pas. Faisons en sorte que la Poste rentre de nouveau dans le quotidien des ivoiriens. La Poste est un problème d’unité nationale, les parlementaires sont au courant de vos difficultés », a conclu, le ministre.

Au nom du Conseil d’Administration et de la Direction, Alexis Isaac Gnamba Yao, Directeur général de la Poste de Côte d’Ivoire a rassuré, le ministre que les travailleurs s’emploieront chaque jour à relever les défis qui sont en grand nombre.

Il a salué l’inlassable effort fait par les autorités pour la mise en œuvre effective des textes qui régissent l’activité postale en Côte d’Ivoire et a demandé au ministre de s’impliquer personnellement comme, il le fait déjà avec l’APBEF pour que la contribution soit effectivement recouvrée par le Régulateur et la quote-part de la Poste de Côte d’Ivoire reversée.

Selon lui, cela permettra de résorber les difficultés actuelles et plaide pour que l’Etat de Côte d’Ivoire confie effectivement du Business à son Institution comme il est de coutume dans tous les pays du monde.

Related Articles

- Advertisement -spot_img

Latest Articles