Côte d’Ivoire : Riz, deux géants partenaires du ministère comptent appuyer le pays dans la transformation et la mise sur le marché du riz local

0
[:fr]Kanigui Yéo et Gaoussou Touré[:]

Un accord tripartite a été signé aujourd’hui à Abidjan, entre le ministère de la promotion de la Riziculture, Yara Côte d’Ivoire S.A et Bayer West-Central Africa S.A, dans le cadre de l’opérationnalisation de la Stratégie Nationale de Développement de la Riziculture (SNDR 2020-2030).

Cet accord va satisfaire les besoins en formation, en intrants et engrais afin de garantir un revenu stable et profitable pour les riziculteurs. A travers cet accord, les Parties veulent valoriser le riz produit en Côte d’Ivoire auprès des consommateurs; approvisionner en riz les Pays de la sous-région.

Vue les opportunités offertes aux riziculteurs, le ministre Gaoussou Touré a indiqué que « cet accord avec les mastodontes de l’agriculture mondiale vise à mettre en place la structuration et le développement de la chaîne de valeur des rizicoles en Côte d’Ivoire ».

«Cela va se faire à travers le déploiement de formation et de sensibilisation des riziculteurs aux bonnes pratiques agricoles et à la fertilisation raisonnée en Côte d’Ivoire. Aussi, ces structures vont fournir des produits de bonne qualité et à haut rendement (NPK, Urée, herbicides, insecticides etc.) aux Leaders de Pôles », a mentionné, Gaoussou Touré.

Kanigui Yéo, Directeur Général de Yara Côte d’Ivoire SA, a rappelé que « l’autosuffisance est une question de sécurité pour les états africains (…) et le plus beau défis sera donc d’augmenter les rendements dans les parcelles pour que la Côte d’Ivoire devienne non seulement autosuffisante en riz mais soit compétitive à l’échelle mondiale ».

Oliver GIERLICHS, Administrateur Général Bayer West-Central Africa S.A. a déclaré qu’il est prêt à honorer ses engagements relativement à ladite convention et a souhaité que ce partenariat connaisse un succès avec l’implication effective des différentes parties.

Par ailleurs, les trois parties sont convaincues du potentiel de croissance du secteur de la riziculture en Côte d’Ivoire et souhaitent mettre en place des solutions durables et novatrices permettant de lever les principales barrières à sa pleine réalisation.

Elles se sont engagées à réduire les importations de riz et les sorties importantes de devises en améliorant l’accès aux intrants et semences de qualité comme levier majeur d’amélioration de la productivité de la riziculture et des revenus des producteurs.

Les trois parties entendent valoriser le riz produit en Côte d’Ivoire auprès des consommateurs; approvisionner en riz les Pays de la sous-région et comptent développer le secteur semencier en vue de rendre les semences de riz sélectionnées disponibles sur l’ensemble des zones de production ; réhabiliter tous les sites aménagés pour la riziculture irrigués et la réalisation d’aménagements pour les plaines inondées qui représentent des superficies importantes.

Les deux partenaires du ministère comptent appuyer le pays dans la transformation et la mise sur le marché du riz local par un appui substantiel au secteur privé et la mise en place de contrats de partenariat entre les transformateurs commerçants, les producteurs du riz de consommation et les producteurs de semences.

Laisser un commentaire