Côte d’Ivoire : M’batto, affrontements intercommunautaires, des biens pillés, 3 morts et des blessés, le Général Apalo sur le terrain pour l’apaisement

0
[:fr]Le Général Apalo, le préfet chez l'Imam[:]

La ville de M’batto, à l’Est du Pays dans la région du Moronou est à feu et à sang. Cette localité de la région d’où est originaire Pascal Affi N’guessan, président du FPI et porte-parole du Conseil national de transition (CNT) vit des pages sombres de son histoire depuis l’appel à la désobéissance civile lancé par l’opposition ivoirienne.

S’il est vrai que dans cette localité, l’on a assisté à des violences avant l’élection présidentielle d’octobre 2020, au lendemain des résultats de l’élection présidentielle qui a donné le chef de l’Etat Alassane Ouattara vainqueur, les violences dans cette partie du pays ont encore repris.

Depuis hier, lundi, la ville de M’batto est le théâtre des affrontements sanglants. Ces affrontements qui opposaient des partisans de l’opposition et ceux du Parti au pouvoir ont vite viré à un conflit intercommunautaire entre les autochtones Agnis et les Malinkés, apprend-on de témoins sur place.

Malgré l’appel à l’apaisement et au dialogue lancé hier par Alassane Ouattara dans son discours à la nation suite à la confirmation de sa victoire par le Conseil constitutionnel, les affrontements intercommunautaires font rage dans la ville.

Selon les informations en notre possession, plusieurs domiciles ont été incendiés, des biens pillés et l’on a enregistré 3 morts d’hommes.

Cette ville fief de Pascal Affi N’guessan, inculpé par les autorités ivoiriennes pour « conjuration », est en proie à des violences communautaires depuis le mardi 10 novembre 2020, comme rapportés par des témoins sur place.

Ce jour, des personnes ont semé la terreur cette ville qui vit présentement des heures chaudes de son histoire.

À M’batto, le moins qu’on puisse dire, c’est que l’appel à l’apaisement et au dialogue du chef de l’Etat Alassane Ouattara n’aura pas été entendu.

Ce fief du président du conseil régional du Moronou, Affi N’guessan, interpellé le vendredi 6 novembre 2020 à Azaguié sur la route de l’Est ivoirien est en proie à un conflit intercommunautaire sans précédent.

Le commandant supérieur de la Gendarmerie s’est déplacé sur place et s’est entretenu avec le Préfet de la zone au domicile de l’Iman de la localité.Il s’est ensuite entretenu avec les jeunes de la ville.

Laisser un commentaire