Côte d’Ivoire : Incitant les filles à l’entrepreneuriat, une étudiante remporte un challenge lancé par SEPHIS Bouaké

0
[:fr]Marie-Ange SALEYE, Ambassadrice de SEPHIS Bouaké[:]

Sur le thème: Jeune fille, actrice de ton autonomie, les filles de la capitale du Gbêkê, ont été invitées par la fondation SEPHIS Bouaké, à faire une vidéo pour véhiculer un message de d’encouragement et de motivation à l’endroit de la jeune fille.

Démarré le 10 octobre dernier, ce challenge organisé à l’occasion de la Journée Internationale de la Fille (JIF), a enregistré environ une dizaine de participantes. Ces candidates, comme indiqué plus haut, ont eu comme mission pendant un certain nombre de temps, d’enregistrer une vidéo puis l’envoyer sur un lien afin que celle-ci génère plusieurs interactions.

Au terme de ce challenge le dimanche 18 octobre dernier, et après analyse et délibération, Adji Amon Ange Flora, s’est adjugée la faveur des votants et du jury en raflant le premier prix.

« Nous avons l’habitude de voir aujourd’hui dans notre société, des filles qui s’adonnent à la prostitution, des filles qui ne veulent rien faire. Je suis venue vous inciter à l’entrepreneuriat qui, pour des jeunes filles, est un débouché pour pouvoir s’en sortir dans la société. Nous devons être autonomes par ce que nous n’avons pas besoin de quelqu’un pour nous pousser. Nous avons besoin de nous même pour pouvoir avancer.

L’école est aussi un débouché très important pour les filles. Nous devons aller à l’école. Être maîtresse de nous même, être maîtresse de notre vie, c’est pourquoi, je vous incite à pouvoir être autonome, à pouvoir être actrice de notre autonomie pour pouvoir faire avancer pourquoi pas le pays et aussi nous même notre propre vie.» a indiqué dans sa vidéo, Adji Amon Ange Flora, étudiante en lettre moderne à l’université Alassane Ouattara de Bouaké, victorieuse du challenge JIF 2020.

Pour Marie-Ange SALEYE, Ambassadrice de SEPHIS Bouaké, « la Fondation SEPHIS représentée à Bouaké par son Ambassade SEPHIS Bouaké, œuvre depuis l’année dernière à l’éducation, l’autonomisation et le leadership des jeunes spécialement de la jeune fille. La jeune fille a longtemps été défavorisée de par les multiples pesanteurs socio-culturelles qui l’a empêchée de s’affirmer, d’être une « lead » car souvent habitée par le syndrome de l’imposteur.

Parler donc de l’autonomisation de la jeune fille par elle-même, a été comme une évidence pour nous, pour le choisir comme thème de ce 1er Challenge de la JIF car tout changement, doit commencer par soi-même et dans ce cas si, il se fera si nous jeunes filles, nous fixons des objectifs SMART, n’avons plus peur d’oser, de travailler et persévérer malgré les échecs.

Mes félicitations à la gagnante, aux autres candidates et à la dynamique équipe de SEPHIS Bouaké.»

Laisser un commentaire