Côte d’Ivoire : Autosuffisance en riz, Abidjan signe un protocole d’accord avec une structure privée pour accélérer la mise en œuvre de la SNDR

0

Le ministère de la Promotion de la riziculture et l’Office Chérifien des phosphates ont signé aujourd’hui à Abidjan, un protocole d’accord en vue d’accélérer la mise en de la stratégie nationale de développement de la riziculture (SNDR) 2020-2030 initiée par le gouvernement ivoirien.

Ce partenariat privé-public porte sur 4 principaux domaines de coopération. Selon, Mohammed Benzekri Directeur Afrique de l’ouest de l’OCP, il s’agit du développement et de l’innovation de formules de fertilisants adaptées aux besoins des sols ivoiriens pour une fertilisation raisonnée, du développement et de la structuration de la chaine de valeur des activités rizicoles en Côte d’Ivoire, du déploiement de formations et de sensibilisation des riziculteurs aux bonnes pratiques agricoles et à fertilisation raisonnée en Côte d’Ivoire et du développement de la digitalisation pour la sensibilisation et le suivi des riziculteurs aux bonnes pratiques agricoles et à la fertilisation raisonnée en Côte d’Ivoire.

Depuis sa création en 2016, OCP Africa, filiale du groupe OCP leader mondial sur le marché du phosphate et de ses dérivés, travaille main dans la main avec les petits agriculteurs afin de contribuer à libérer durablement l’immense potentiel agricole du contient.

Cette entreprise privée contribue également à sécuriser la production d’engrais compétitifs à proximité des grands bassins agricoles, à renforcer ses capacités logistiques et à développer de nouveaux réseaux de distribution locaux.

Les résultats attendus par la mise en oeuvre de la Stratégie nationale de développement de la riziculture (SNDR) sont nombreux.

Il s’agit entre autres de faire basculer progressivement, la riziculture traditionnelle de subsistance non rentable et non finançable à une riziculture de marché, moderne, performante, compétitive, rentable, durable et respectueuse de l’environnement.
De faire du riziculteur un opérateur économique à part entière, un professionnel, gestionnaire d’une affaire rentable et durable.
Enfin, de créer des emplois et des richesses dans toutes les régions de la Côte d’Ivoire, en particulier dans les zones rurales pauvres à transformer en zones riches par une exploitation rationnelle des immenses potentialités rizicoles existantes.

Gaoussou Touré, ministre de promotion de la riziculture a ajouté que cette stratégie a pour objectif d’assurer à la Côte d’Ivoire, l’autosuffisance en riz de bonne qualité avant 2025 et faire du pays, un des plus gros exportateurs africain de riz à l’horizon 2030.

Comme l’a indiqué, le ministre, l’atteinte de ces objectifs passe par des actions majeures, la réalisation des barrages existants non fonctionnels et des parcelles rizicoles, l’élaboration et la mise en oeuvre de projets rizicoles intégrés, l’irrigation, aménagements des parcelles, production de semences de hauts rendements, mécanisation des exploitations, appuis aux riziculteurs en intrants etc.

Selon Gaoussou Touré, l’accord cadre vient à point nommé car, il contribuera au développement de la riziculture qui constitue une priorité pour le gouvernement et apportera une solution à l’épineux problème d’approvisionnement des riziculteurs en engrais NPK et urée de qualité excellente et au meilleur prix.

« Il permettra au ministère de finaliser les partenariats gagnant gagnant en cours de finalisation. Ils solutionneront tous les grands problèmes de la riziculture, » a-t-il conclu.

Laisser un commentaire