Côte d’Ivoire : Adesina annonce la création de banques d’investissements pour les jeunes entrepreneurs

0
[:fr]Akinwumi Adesina[:]

Réélu le 27 août 2020, avec 100 % des suffrages des actionnaires régionaux et non régionaux de la Banque, à la présidence du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi A. Adesina a pris officiellement fonction à l’occasion d’une cérémonie d’investiture.

Il a indiqué qu’à l’avenir, la Banque, en collaboration avec son Conseil d’administration, accordera une attention particulière au soutien de l’Afrique avec des infrastructures de soins de santé de qualité et s’efforcera de tirer parti de son avantage comparatif en matière d’infrastructures.

Selon lui, les travaux de la Banque en matière d’infrastructures se concentreront sur les infrastructures économiques, physiques et sanitaires de qualité à cause de la pandémie à COVID-19.

«Cette pandémie offre de nouvelles opportunités et a remis aux centres des discussions l’impérieuse nécessité de renforcer les capacités de production, le développement industriel et les chaînes de valeur industrielles indispensables de l’Afrique, et nous devons soutenir cet élan avec des infrastructures et des politiques favorables, » a ajouté, le Président de la BAD.

Akinwumi Adesina a annoncé que la Banque se penchera particulièrement sur les chaînes de valeur industrielles régionales et le renforcement des marchés financiers pour développer le commerce et la compétitivité entre les régions et stimuler la zone de libre-échange continentale africaine.

«Excellences, il ne fait aucun doute que les défis à venir sont encore nombreux : notamment la pauvreté, les inégalités, la fragilité, le chômage élevé des jeunes, les importants déficits dans le financement des infrastructures et la gestion durable de la dette, » a-t-il mentionné.

Alors que la Banque se tourne vers l’avenir, il a assuré qu’elle jouera un plus grand rôle dans le dialogue sur les politiques avec les pays en soutenant, une gestion durable de la dette, stimulant la croissance verte et accélérant la promotion de l’emploi des jeunes sur le continent.

«Plus que jamais, nous élargirons les partenariats dans plusieurs domaines : la finance, le savoir, l’investissement, et construirons des partenariats inclusifs plus solides avec la société civile, les universités et les centres d’excellence du savoir. Nous attirerons et orienterons davantage de capitaux mondiaux vers l’Afrique, en réunissant des investissements à travers le monde pour répondre aux besoins du continent. La Banque mettra à profit sa réputation, ses connaissances et ses ressources pour aider à faire plus et mieux pour l’Afrique. Nous renforcerons l’impact du Forum pour l’investissement en Afrique et en ferons un moteur essentiel du partenariat d’investissement audacieux qui vise à faire avancer le continent, » a insisté, Akinwumi Adesina.
Au nombre de ses priorités pour les prochaines années, la Président de la BAD a inscrit, la jeunesse africaine. Il a soutenu qu’il veillera à ce que le potentiel de la jeunesse africaine soit pleinement libéré et la Banque soutiendra la création de banques d’investissement pour les jeunes entrepreneurs qui aideront à mobiliser et à déployer des capitaux pour stimuler l’esprit d’entreprise de la jeunesse africaine, de manière systémique, évolutive et durable.

«L’ombre menaçante du chômage des jeunes et de leur migration hors d’Afrique doit laisser place à un arc-en-ciel d’entreprises prospères dirigées par des jeunes à travers l’Afrique. La jeunesse africaine doit rester en Afrique. Elle doit développer l’Afrique et dessiner son avenir, » a expliqué, le Président de la BAD.

Pour réussir ce challenge, le Président veut s’appuyer sur les grands succès obtenus dans le domaine de l’agriculture, en diffusant des technologies qui permettront d’aider des dizaines de millions d’agriculteurs, et en contribuant à la construction de chaînes de valeur.

Il a pris l’engagement devant les gouverneurs durant ces cinq prochaines années de capitaliser sur les réalisations collectives en vue de bâtir un Groupe de la Banque africaine de développement beaucoup plus fort et plus résilient, avec le leadership et la capacité d’avoir un impact de qualité encore plus important sur les populations africaines, tout en restant financièrement solide et viable.

«Nous nous concentrerons donc sur les éléments ci-après : « institution », « gestion des personnes », « résultats » et « viabilité ». Chacun d’entre eux est résumé dans les cinq domaines suivants, qui épousent les contours des « High 5 » programmatiques pour transformer le paysage du développement en Afrique. Nous allons renforcer les capacités humaines, renforcer l’efficacité, Approfondir la qualité et l’impact, Maintenir la viabilité financière, Renforcer la capacité institutionnelle, Améliorer les ressources humaines, Mettre en place une infrastructure informatique de premier plan pour améliorer l’efficacité et la productivité à l’ère du numérique, Renforcer la responsabilité, la supervision et la conformité, Promouvoir une plus grande culture de la performance, Employeur de choix en Afrique, Recruter et fidéliser les meilleurs talents, Améliorer l’expérience du personnel et les propositions de valeur, Améliorer le développement de carrière et la mobilité, Améliorer la réactivité vis-à-vis des clients, décentraliser la prise de décision, Mettre en place des systèmes et des processus plus efficaces, améliorer le rapport coût-efficacité et optimiser les ressources, Renforcer le dialogue sur les politiques, les connaissances et la gestion de la dette, Renforcer les sauvegardes environnementales et sociales, Accélérer l’impact sur le développement, Stabiliser les ratios prudentiels, promouvoir une culture de l’efficacité concernant les coûts, Équilibrer les objectifs de développement et la viabilité financière, Optimiser le bilan de la Banque, Mobiliser des capitaux privés à l’échelle mondiale pour compléter les ressources de la Banque, veiller à ce que la Banque obtienne sa propre note intrinsèque « AAA » en vue de la viabilité à long terme, » a déclaré, le Président de la BAD.

Il reste enfin convaincu qu’avec le soutien inconditionnel des chefs d’État et de gouvernement africains, des Gouverneurs de la Banque, des ministres des Finances, du Conseil d’administration et du personnel, les dirigeants de la Banque seront prêts à partir d’aujourd’hui, une fois de plus, à retrousser les manches et à poursuivre le travail collectif pour obtenir des résultats encore plus importants dans le sillage des « High 5 » à savoir : Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ; Nourrir l’Afrique ; Industrialiser l’Afrique ; Intégrer l’Afrique et Améliorer la qualité de vie des populations africaines.

Laisser un commentaire