Côte d’Ivoire : Abobo, échec du mot d’ordre de boycott des transports publics par les populations, Gbaka et woro-woro « débordés »

0

Depuis un moment l’on assiste à une augmentation des tarifs des transports. Cette situation serait liée à la pandémie de la maladie à COVID-19. Malheureusement face à cette hausse subite qui ne se justifie pas, le gouvernement ne réagit pas.
Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, la Coalition nationale des organisations de consommateurs – Côte d’Ivoire SOS VIE CHÈRE a appelé ce jour les populations au boycott actif du transport.

Le porte-parole de la Coalition Soumahoro Ben N’Faly demandait aux usagers de ne pas emprunter, les gbaka, les woro-woro ainsi que les compagnies de transports qui ne sont pas en marge de cette augmentation des tarifs de transports.

Comme constaté sur le terrain, le mot d’ordre de boycott lancé à l’endroit des populations n’a pas été suivi à Abobo. Il a été tout simplement boycotté. Les transports en commun, Gbaka et woro-woro étaient très sollicités ce jour dans la commune du Premier ministre. Des populations se bousculaient dans les gares pour les emprunter.

Dans son message vidéo, le porte-parole avait demandé aux populations de se tourner ce jour exceptionnement vers les bus et les taxis compteurs. Certainement que l’échec de ce boycott vient de la rareté des bus et du manque de moyens des populations pour se déplacer en taxis compteurs.


Par ailleurs, même si cette action de la Coalition nationale des organisations de consommateurs – Côte d’Ivoire SOS VIE CHÈRE n’a pas été suivie, il faut noter que des transporteurs professionnels ont augmenté leurs tarifs.

C’est le cas de UTB. La compagnie a augmenté de 1000 FCFA le prix du tiket entre Yamoussoukro et Abidjan. Il est passé de 4000 FCFA à 5000 FCFA. En dépit de cette augmentation du transport injustifiée, les mesures barrières ne sont pas respectées dans les cars UTB. Tous les sièges sont occupés comme par le passé. Seul, le port de masque est exigé pour l’heure.

Laisser un commentaire