Bouaké : Atelier de formation sur la paix et la cohésion sociale, Docteur Kouakou Marcellin, le gérant du CAFSI affirme : « La paix et la cohésion sociale sont des préalables pour tout développement. »

0

« La paix et la cohésion sociale sont des préalables pour tout développement. Nous sommes un cabinet, notre ambition est la formation des personnes mais s’il y a pas la paix et la cohésion, il n’y pas de possibilité de formation, c’est pourquoi nous avons pris notre bâton de pèlerin et apporter notre contribution de paix à la Côte d’Ivoire. Notre intention est de renforcer les capacités des leaders d’opinions afin que ceux-ci, dans leurs différentes communautés puissent servir de relais pour permettre au cabinet de diffuser ses opinions sur la paix et la cohésion sociale ».

Ces propos sont du Docteur Kouakou Marcellin, le gérant du cabinet de formation de suivi et d’insertion (CAFSI), installé à Bouaké. C’est en ces termes qu’on peut résumer son intervention à l’occasion de l’atelier de formation, tenu le samedi 10 octobre 2020 à la salle du Centre d’Entomologie Médical et Vétérinaire du campus 2 de l’Université Alassane Ouattara, sur le thème : « Quelle cohésion sociale pour une paix durable en Côte d’ivoire ? ».

Pour Ouattara Kifori Inza, délégué départemental Bouaké du conseil National des jeunes de Côte d’Ivoire (CNJCI), tous les jeunes de Bouaké doivent être des acteurs et ambassadeurs de la paix et de cohésion sociale.

« En ma qualité de premier responsable de la jeunesse du département de Bouaké, notre rôle sera de relayer cette information au niveau de la jeunesse parce que, si les jeunes ont mis au-devant la paix, nous sommes convaincus que Bouaké sera en paix. C’est une priorité de voir Bouaké en paix. ».

Même mission que se donne Nanan Kouadio Gustave, de la chambre des rois et des chefs traditionnels de Côte d’Ivoire.

« Nous disons merci à toute personne qui initie des séminaires sur la paix et la cohésion sociale. Vous savez dans ces derniers temps, la chambre des rois et des chefs traditionnels viennent de faire des tournées éclatées dans le pays. C’est cela que nous demandons, multiplier ces séminaires afin que l’information passe. Ce pays est notre patrimoine que nous devrons préserver. Dès notre retour dans nos bases respectives, ce message sera passé ».

Les modules : « violence et conflits politiques ou intercommunautaires » ; « Nécessité de la solidarité et la cohésion sociale » ; « Culture de la Paix, prévention et gestion des conflits » ; et « Paix durable et développement », ont été développés par le formateur Docteur Bailly Soumaïla, analyste en relation internationale, expert en cohésion sociale et gouvernance.

K.LARQUÉ, correspondant Bouaké

Laisser un commentaire